03 aout 2014: Lors d’une rénovation basse énergie, commencez par rénover l’enveloppe du bâtiment.

Comment rendre le parc résidentiel existant plus écoénergétique mais aussi limiter tant le réchauffement climatique que la facture d’énergie des occupants? C’est avec cette question en tête que Wienerberger a réalisé un chantier pilote à Espierres. La rénovation poussée du gros œuvre de cette maison individuelle datant d’environ 1900 est aujourd’hui terminée. Toutes les interventions vont maintenant être évaluées en collaboration avec des experts. Une première étude a été menée pour évaluer l’impact des interventions sur le niveau E ainsi que sur les besoins énergétiques nets, calculés avec le logiciel PEB. Les résultats en disent long. La rénovation énergétique de l’enveloppe du bâtiment en tant que première intervention constitue le choix parfait lorsqu’on compare les gains énergétiques et le prix de revient.

 

Futureproofed

 

Selon des calculs réalisés avec le logiciel PEB, la rénovation de la toiture et de la façade, en tant que premières interventions, permettent de réduire de moitié voire plus tant le niveau E de l’habitation que ses besoins nets en énergie. Ces deux données forment des paramètres importants pour déterminer l’efficience énergétique d’un bâtiment. En outre, il s’agit de notions clefs pour la définition d’un bâtiment à consommation énergétique quasi nulle (NZEB), c’est-à-dire la norme pour la construction de demain. S’il souhaite bénéficier d’un rapport coûts/profits optimal et s’il veut rentabiliser son investissement au maximum, il sera préférable pour celui qui rénove aujourd’hui de tenir compte de ces critères.

 

Les chiffres concrets

 

Le logiciel PEB permet de mesurer l’impact des travaux réalisés au niveau de l’enveloppe du bâtiment. Que nous apprend-t-il pour le projet pilote d’Espierres?

Le tableau ci-joint vous présente le niveau E et les besoins énergétiques nets avant travaux, l’amélioration progressive réalisée par les diverses interventions et leur pourcentage dans le prix de revient total de la rénovation. Ce prix de revient inclut également les installations, le mobilier fixe, le parachèvement et la TVA.

 

Intervention à l’enveloppe du bâtiment

Niveau E

(E310)

Besoins nets en  énergie

(410 kWh/m²)

Pourcentage du prix de revient

(185.000 euros)

Menuiseries extérieures neuves + vitrage à haut rendement

295

390

12%

Rénovation de la toiture + fenêtres de toit neuves

148

176

12%

Rénovation de la façade

74

79

19%

 

 

Conclusions

 

1] Le principe trias energetica affirme qu’il faut d’abord et surtout limiter la demande énergétique. Ce que nous avons fait en isolant l’enveloppe du bâtiment. La rénovation et l’isolation de la toiture et de la façade, menuiseries neuves incluses, ont en effet entraîné une amélioration considérable.

 

• Le niveau E a baissé de E310 à E74, soit une amélioration d’environ 75%.

• Les besoins nets en énergie ont baissé de 410 à 79 kWh/m², soit une amélioration d’environ 80%.

• Le coût de la rénovation de l’enveloppe du bâtiment reste limité à 40% du coût de la rénovation totale.

 

La rénovation de la toiture et de la façade constitue dès lors la toute première intervention que doivent envisager les candidats à la rénovation s’ils veulent éviter de faire des dépenses inutiles ou peu efficientes.

 

2] Les interventions les plus rentables concernent la rénovation de la façade et la rénovation de la toiture avec la pose de nouvelles fenêtres de toit. Dans les deux cas, le niveau E baisse chaque fois de 50% et les besoins énergétiques nets chaque fois de 55%, tandis que la part de ces interventions dans le coût de la rénovation reste relativement limitée à respectivement 19% et 12%.

 

La suite du test

 

Avec ces résultats, le projet pilote d’Espierres ne fait vraiment que commencer. En collaboration avec le département physique de construction de la section de génie civil de l’Université Catholique de Louvain (KUL), le confort intérieur et la consommation énergétique seront contrôlés pendant une période suffisamment longue.

• Le confort intérieur sera évalué sur base de trois critères: l’humidité de l’air relative, la température intérieure et la qualité de l’air intérieur (CO2).

• La consommation énergétique sera suivie en comparant les données, relevés et factures énergétiques qu’auront conservés les occupants avant les travaux avec les relevés et les factures énergétiques après exécution des travaux.

 

Evidemment, l’aspect esthétique n’a également pas été négligé. Outre une rénovation intelligente, l’utilisation de matériaux céramiques contribue aussi considérablement à conférer à l’habitation un aspect marquant.

 

Suivez le blog relatif au projet d’Espierres sur: