30 aout 2012: Croissance du nombre de rénovations
A quoi ressemblera la maison de demain ? C’est cette question que le magazine « Je vais construire & rénover » s’est posée. Afin de trouver la réponse, le magazine a réalisé une enquête. Les résultats de cette enquête démontrent entre autres que les architectes prévoient une croissance du nombre de rénovations. Le consommateur suit cette tendance car il veut épargner.

"Je vais construire & rénover" a réalisé une enquête près des lecteurs de Roularta Magazines et a reçu 7 456 réponses de consommateurs. En collaboration avec de Vlaamse Architectenorganisatie (NAV) en de Union Wallonne des Architectes (UWA), ils ont aussi reçu 427 réponses d’architectes. L’enquête révèle quelques résultats intéressants.

Comparer les prix

D’après les architectes, la durabilité, le changement de destination de bâtiments existants et les rénovations influenceront fortement la construction. Ces résultats indiquent aussi que dans les 10 années qui viennent, les constructions durables (93%) seront toujours plus courantes. D’après les architectes, les problèmes de la construction et des rénovations sont surtout dus au prix du bâtiment, aux règlements incompréhensibles relatifs à la construction et au prix de l’entrepreneur.

Durabilité pour le portemonnaie

A la réalisation des plans de construction ou de rénovation, les consommateurs ont surtout des problèmes avec la succession des travaux des différents professionnels. Contrairement à l’architecte, le consommateur pense qu’il n’aura pas trop de difficultés à trouver une propriété adéquate. Le consommateur indique clairement qu’il ne construirait durablement que si cela mène à une épargne sur sa facture d’énergie (91%). Le consommateur trouve le règlement (53%) moins important.

Ensuite il apparait de cette enquête qu’un consommateur opterait de préférence pour un dressing (22%) dans sa maison, ensuite pour un atelier de loisir (18%) ou un bureau/espace de travail (17%). Le nouvel aménagement du garage (5%) ou la création d’une chambre de musique (4%) sont clairement moins populaires.