23 juillet 2012: La construction et la rénovation étanches à l’air
Pour atteindre les exigences de performance énergétique requises par la nouvelle règlementation PEB, une excellente étanchéité à l'air du bâtiment est préférable. Voici quelques recommandations à suivre. 

L'étanchéité à l'air d'une construction ou d'une rénovation définit sa capacité à empêcher le passage de l'air extérieur vers l'intérieur du bâtiment et inversément. Elle se mesure en fin de chantier. 

Pour la garantir, il faut veiller à ce que tous les éléments de construction soient correctement « raccordés » entre eux, pour ne pas interrompre l’enveloppe. Les endroits de jonction sont des zones à risque.  Ce n’est pas toujours simple mais la transition d’un matériau à l’autre doit être étanche. 

Le béton, le verre, le bois, le plâtre (…) sont des matériaux intéressants pour leurs propriétés d’étanchéité à l’air. 

Quelques points à souligner :  

* L’écran à l’air mal installé contre les constructions en bois peut faire augmenter les déperditions énergétiques de 10 à 15 %. Le toit peut ainsi être le point le plus faible de la maison
* Collez les joints avec une bande de silicone étanche à l’air 
* Collez également les points de transition avec soin ou faites un joint en silicone
* Une couche de plâtre rend les murs maçonnés étanches
* L'étanchéité à l'air d'une paroi à ossature en bois est généralement obtenue grâce aux panneaux assurant la rigidification de la construction. Il faut ensuite étanchéifier les nœuds de construction entre les panneaux. 
* Lors du placement de vos fenêtres, encastrez d’abord la fenêtre dans un caisson en bois, qui sera lui-même encastré dans le mur, à l’endroit prévu pour la fenêtre. Cette méthode facilite les jonctions étanches. 
* Si le menuisier ne pratique pas cette méthode, il faut poser l’écran à l’air sur le mur et sur les châssis. Puis il faut faire la jonction entre mur et châssis lors du plâtrage. 
* Pour les portes extérieures, il est possible de prévoir une guillotine, ou encore mieux, un double joint en caoutchouc  
* Les grilles d’aération sont des zones de fuite d’air incontrôlables, tout comme les ventilateurs dans les WC et salle de bains, les hottes, la cheminée d’un feu ouvert, …
* Les percements de l'écran à l'air sont des sources potentielles de fuite et doivent être limités au minimum. Pour ce faire, le choix et le positionnement des installations techniques (eau, gaz, électricité, chauffage, ventilation) sont cruciaux. 
* Pour les rénovations, c’est souvent impossible, pour des raisons pratiques et/ou financières, de travailler sur l’étanchéité à l’air 
* Il est crucial d’installer un bon système de ventilation, de telle sorte que vous puissiez aérer de manière contrôlée 

Incidence sur les PEB
 

L’étanchéité à l’air d’une maison peut être testée et mesurée : il s'agit du "Blower door test" ou test de la porte soufflante. Il consiste à mettre le bâtiment en dépression en remplaçant une des portes extérieures de la maison par un panneau dans lequel est monté un ventilateur. Il aspire l'air intérieur et le rejette au dehors. La dépression est de 50 Pa, l'équivalent d'un vent de 40 à 50 km/h. L'air extérieur est aspiré par tous les défauts d'étanchéité : dessous de portes, fenêtres, et éventuels défauts de mise en œuvre. Une fois repérées, les entrées d'air doivent être colmatées immédiatement de manière à vérifier que le colmatage est efficace. 
Ce test n’est cependant pas obligatoire. Si vous faites l’impasse, le responsable PEB, dans son calcul pour la déclaration PEB (performances énergétiques du bâtiment), remplira une valeur standard par défaut de 12, ce qui est une valeur élevée. Or un test d’étanchéité permet de faire une différence de 6 à 13 points dans le calcul PEB, ce qui est significatif. Pensez-y !